Rechercher

Frère d'âme, David Diop

Dernière mise à jour : 28 févr.


Le roman :


Alfa Ndiaye est un tirailleur sénégalais : il s’enrôle avec son ami d’enfance dans l’armée coloniale française et rejoint les tranchées de la Grande Guerre. Sur le champ de bataille, Mademba, son « plus que frère », est tué par l’ennemi. Ce deuil joint à la barbarie de la guerre met à mal l’équilibre mental d’Alfa qui se lance alors dans un rituel sanguinaire pour tenter de venger son ami et se délivrer de sa culpabilité.


À tout juste vingt ans et même s’il s’exprime avec naïveté, Alfa pose un regard à la fois lucide et arrogant sur le monde qui l’entoure. Il parle du racisme et de l’hypocrisie de cette guerre qui transforme les hommes en chair à canon. Peu à peu, l’horreur des combats laisse place aux souvenirs d’enfance au Sénégal. Alfa raconte son amitié avec Mademba et dresse le portrait de son père ainsi que celui de sa mère disparue, dont le sort cruel hante encore et toujours le jeune soldat.


Transcrite par la main de David Diop, la voix d’Alfa Ndiaye mène un récit cru, brutal mais touchant. Les tics de langage qui martèlent les confidences du narrateur finissent par nous apprivoiser et susciter notre empathie. Mais bien que ce court roman se lise avidement et que le symbolisme qui se révèle dans les dernières pages mette en lumière notre humanité, on peut se questionner sur la nécessité narrative de l’événement qui vient dénouer cette tragédie. L’interprétation sera ici sans doute sujette à la sensibilité de chacun et de chacune.

L’auteur :

Né en 1966 à Paris, David Diop passe une partie de son enfance au Sénégal. Il est actuellement maître de conférence en littérature à l’université de Pau. Il remporte le Prix Goncourt des lycéens et le prix Man-Booker avec Frère d’âme, son deuxième roman.


Niveau de lecture : avancé

Thèmes : guerre, amitié, culpabilité.

Éditions : Points, 2018 (143 pages)




10 vues

Posts récents

Voir tout