Rechercher

Hôzuki, Aki Shimazaki

Dernière mise à jour : 11 sept.


Le roman :

Dans un style épuré, Aki Shimazaki nous raconte l’histoire de Mitsuko, libraire et mère célibataire, et sa rencontre hasardeuse avec l’épouse d’un diplomate. Leurs enfants vont se lier d’amitié obligeant Mitsuko à côtoyer cette femme qui représente tous les privilèges sociaux et les faiblesses humaines qu’elle a en horreur. Mais cette nouvelle relation ravivera surtout un lourd secret et entraînera Mitsuko sur les traces de son passé.

Si ce livre aborde la maternité et le libre choix d’être mère, c’est aussi une réflexion sur les apparences et sur la recherche de sens que chacun souhaite donner à sa vie. Quoique l'intrigue soit facilement dénouable, on prend beaucoup de plaisir à suivre les pensées et les pas de la narratrice, Mitsuko. Cette femme au caractère bien trempé mène sa vie de manière à préserver son indépendance et à subvenir aux besoins de son fils. Bien que ses choix puissent se confronter aux valeurs véhiculées par une société bien-pensante, elle les assume, certes discrètement mais en total accord avec elle-même.

Cette histoire simple et délicate est aussi l’occasion de se plonger dans la culture japonaise et d’apprendre quelques mots comme celui qui donne le titre au roman : Hôzuki. Cette plante, que l’on nomme « lanterne japonaise » ou « physalis » en français, est symboliquement liée à la naissance de Tarô, le fils de Mitsuko.


L’autrice :
Née au Japon en 1954, Aki Shimazaki est une passionnée de littérature. Elle émigre au Canada dans les années 1980, tout d'abord dans la partie anglophone puis elle s'installe à Montréal. Elle commence à apprendre le français à l'âge de 40 ans et écrit de courts romans qui portent tous comme titre un mot japonais. « Hôzuki» fait partie de sa pentalogie « L’ombre du charbon ».

Niveau de lecture : intermédiaire
Thèmes : condition féminine, indépendance, maternité.
Éditions : Actes Sud, 2015 (126 pages).



25 vues

Posts récents

Voir tout