top of page
Rechercher

La Place, Annie Ernaux

Dernière mise à jour : 9 nov. 2023


Le roman :

Annie Ernaux dresse dans ce récit émouvant le portrait de son père. On apprend son décès dès les premières pages du livre alors qu’il n’était qu’à un an de la retraite. S’ensuit alors une rétrospective ponctuée de petites anecdotes, de faits routiniers, de paroles rapportées et de descriptions de photographies. L’autrice retrace tout d’abord l’enfance austère de son père, sa rencontre avec sa mère et leur lutte pour tenter de se maintenir à flot, passant d’un milieu ouvrier modeste à celui instable de petits commerçants. Dans ces lignes, on sent le déchirement de l’autrice envahie à la fois par la honte, la culpabilité et l’amour qu’elle éprouve pour son père, elle, la transfuge de classe, qui va s’éprendre des livres, des études et même d’un homme de la bourgeoisie. En pénétrant le monde de la culture légitime, Annie Ernaux verra peu à peu les liens avec son père se desserrer, « comme de l’amour séparé ».

Ce roman offre une analyse sociologique et décrit le malaise de la classe populaire face aux pratiques culturelles de la bourgeoisie. L’autrice questionne la place de son père dans la société mais aussi face au bonheur. Elle décrit un homme simple, gai et droit dont la routine est à la fois rassurante et source de petits plaisirs. Toutefois, bien que cet homme ait réussi à améliorer son niveau de vie, il n’échappera pas à son milieu et à la dureté du quotidien. Mais il réussira à offrir à sa fille la mobilité sociale pour laquelle sa génération à lui a dû se sacrifier.


L’autrice :
Annie Ernaux est une professeure de lettres et une écrivaine française. Son style d’écriture très minimaliste mêle l’autobiographie à une démarche sociologique, considérant la mémoire personnelle comme une manifestation de la mémoire collective. En 2022, elle reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son oeuvre alors qu’elle est âgée de 82 ans.

Niveau de lecture : intermédiaire
Thèmes : relations familiales, classes sociales, mobilité sociale.
Éditions : Éditions Gallimard, 1983 (114 pages)



Posts récents

Voir tout
bottom of page